Bilan, traitement

Le médecin prescrit une ordonnance pour un bilan.
L’ergothérapeute rencontre l’enfant et ses parents, effectue le bilan et rédige un rapport.
Si une prise en charge est nécessaire, une nouvelle prescription est signée par le médecin.

En fonction des résultats obtenus lors du bilan et en collaboration avec l’enfant/ses parents, l’ergothérapeute élabore un plan d’intervention individualisé. 

Le traitement peut débuter.

Le traitement, individuel et/ou en groupe, se déroule en ambulatoire. De manière ponctuelle, l’ergothérapeute intervient aussi à domicile ou en classe (observations, aménagement de l’environnement, propositions de moyens auxiliaires, etc.)

 
Infos pratiques

Financement

L’ergothérapie est reconnue comme traitement médical (article 6 OPAS 29.09.1995) et fait partie de l’assurance obligatoire de base.
Dans la règle, sur ordonnance médicale, le traitement d’ergothérapie est pris en charge par l’assurance maladie, accident ou invalidité.

Informations pour le médecin

Ordonnance d’ergothérapie :
Ordonnance pour l’Ergothérapie (Pdf) 

Fiche signalétique pour les enfants F82 – CIM 10 :
Fiche signalétique pour les enfants à partir de 4 ans et demi (Pdf)

Ergothérapie chez les enfants souffrant de troubles du développement moteur :
Informations et recommendations pour l’ergothérapie en pédiatrie

Rapport de clôture des conférences de consensus, un communiqué de l’Office fédéral des assurances sociales.
« Au cours de ces dernières années, les assureurs-maladie ont dû de plus en plus faire face à des demandes de prise en charge de coûts pour l’ergothérapie chez des enfants atteints de troubles de l’exécution partielle des tâches ou de la perception, troubles de l’intégration sensorielle, de l’écriture, de la motricité fine, problèmes liés à la performance scolaire, etc. La diversité des concepts utilisés pour la description de ces troubles du développement était source de confusion ; le caractère de maladie resp. la délimitation des mesures médicales versus pédagogiques n’était pas claire.
A la demande de l’Office fédéral des assurances-sociales (OFAS), les cinq représentants de l’Association suisse des ergothérapeutes (ASE), des pédiatres (Société suisse de pédiatrie et le Forum de pédiatrie Pratique) et des médecins-conseil se sont rencontrés sous l’égide de Santé Suisse [1] du 28.11.03 au 11.03.03, soit au total à six reprises, pour échanger leurs points de vue et parvenir à un consensus…»